Expulsions collectives d'Afghans et de réfugiés d'autres pays: l'UE doit mettre en harmonie ses actes avec ses discours

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat

Députée européenne, Membre de la Commission libertés civiles, justice et affaires intérieures

 

 

 

Strasbourg, le 25 novembre 2009

 

 

Expulsions collectives d'Afghans et de réfugiés d'autres pays: l'UE doit mettre en harmonie ses actes avec ses discours

 

 

Nous nous félicitons de la tenue d'un débat en séance plénière sur les expulsions récentes d'Afghans vers l'Afghanistan par les gouvernements français et anglais et de Roms vers le Kosovo  par l'Allemagne, la Belgique et l'Autriche.

Pour autant les déclarations apportées par la Présidence du Conseil de l'UE et la Commission pour justifier ces expulsions collectives vers des pays en guerre ou soumis à de fortes tensions ne sont pas acceptables.

Le commissaire européen, Jacques Barrot, s'en est tenu à la longue énumération de la législation applicable et le ministre suédois présent a même osé parler d'utilisation rationnelle et équitable des moyens de coopération de l'UE.

Au moment où le Parlement européen vient de primer le film "Welcome" par son Prix Lux, on a envie de hurler et d'appeler les responsables de l'Union à faire preuve seulement d'un peu d'humanité tout comme le héros du film de Philippe Lioret.

Les Afghans sont renvoyés vers un pays en guerre dans lequel nombre d'Etat européens sont engagés et des Roms vers un pays dont l'UE refuse pour le moment de régler la situation compte tenu des tensions ethniques qui y règnent.

Non, ces pays ne sont pas sûrs pour les hommes et les femmes qui y sont renvoyés. Oui un risque vital pèse alors sur eux.

Il est temps que l'UE mette en harmonie ses discours et ses actes en matière de droits de l'Homme. Il est temps que l'UE revoit sa législation afin de permettre que le droit d'asile puisse bénéficier de façon égale sur tout le territoire de l'UE à tous ceux et à toutes celles qui viennent y demander protection.

 

 

 

Commenter cet article