GUE/NGL: Une surveillance renforcée pour mieux aller dans le mur - le véritable récidiviste, c'est la Commission

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Une surveillance renforcée pour mieux aller dans le mur - le véritable récidiviste, c'est la Commission
 
Bruxelles, le 15 avril 2010
 
GUE-eng.gifLe commissaire européen à l'économie et aux affaires monétaires Olli Rehn a annoncé aujourd'hui lors d'une audition relative à la procédure en cours contre la Grèce une "attitude plus stricte" à l'endroit des pays de la zone euro qui ne peuvent pas respecter les règles sur la dette du pacte de stabilité et de croissance. Les "récidivistes" seraient  ainsi surveillés d'encore plus près par Bruxelles.
Nicolaos Chountis, le coordinateur du groupe GUE/NGL pour la commission spéciale pour la crise de commenter les propos du commissaire: "Olli Rehn est un mauvais populiste. Celui qui s'endette pour sauver des emplois et provoquer la relance par des investissements n'est pas un criminel. La Grèce n'est que l'un des 20 pays contre lesquels une procédure pour déficits excessifs est en cours. Visiblement le Pacte de stabilité et de croissance ne satisfait pas aux réalités et aux impératifs."
Jürgen Klute, coordinateur du groupe GUE/NGL pour la commission parlementaire des affaires économiques et monétaires de conclure: "Il manque toujours sur les marchés financiers des règles et interdictions élémentaires. En revanche on empêche les pays les plus vulnérables de la zone euro de lutter contre l'appauvrissement et les suppressions d'emplois. La surveillance renforcée de mauvaises règles ne mène nulle part."
 
Presse GUE/NGL

Publié dans Grèce-Crise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article