Soutien aux travailleurs sans-papiers en grève

Publié le par Marie-Christine Vergiat

J'apporte mon total soutien à ce mouvement de grève des travailleurs sans-papiers.

AFP 
12/10/2009

Plus d'un millier de salariés sans-papiers ont entamé aujourd'hui une grève coordonnée et l'occupation de plusieurs sites à Paris, dont le siège du patronat des travaux publics (FNTP) pour exiger l'application identique pour tous des critères de régularisation par le travail, selon des sources concordantes.


"On a plus d'un millier de travailleurs sans papiers en grève, regroupés sur six sites", a indiqué à l'AFP Raymond Chauveau, qui pour la CGT coordonne ce mouvement, avec le concours de Solidaires (syndicats Sud) et le soutien de neuf autres syndicats et associations, dont la CFDT et la Cimade.


Dans une récente lettre au gouvernement, ces syndicats et associations ont pointé les blocages qui "persistent voire grandissent", faisant obstacle selon eux à une application égale pour tous des textes permettant la régularisation par le travail, et livrant les travailleurs concernés au règne de l'arbitraire.


Selon M. Chauveau, environ 160 se sont regroupés 9 rue de Berry (VIIIe) au siège de la fédération patronale des travaux publics (FNTP), qui a confirmé à l'AFP qu'"une centaine de travailleurs avaient investi pacifiquement son hall d'entrée vers 10h00".


Dans le même arrondissement, selon M. Chauveau, une cinquantaine de travailleurs sans-papiers occupaient également les locaux d'un organisme de formation professionnelle de la restauration, le Fafih, 3 rue de la Ville l'Evêque, ce qu'une source proche a également confirmée.


Dans le XVIIe arrondissement, environ 350 intérimaires sans-papiers ont entamé l'occupation de trois agences, à l'enseigne CRIT et Synergie rue de Rome, tandis qu'une centaine d'autres se sont installés dans les locaux du groupe Samsic (propreté) rue des Combes. La direction de Samsic n'était pas joignable dans l'immédiat.

Les ouvriers sans-papiers de deux chantiers, une cinquantaine sur un site en démolition rue Lapérouse (XVIe) et une trentaine à Massy sur un site sous-traité par le groupe Bouygues à la société GCC ont également débrayé, selon M. Chauveau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article