Retraites : le Parlement européen incapable d'entendre les revendications des citoyens

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Le Parlement européen a adopté cette semaine un rapport rédigé par la droite de l'hémicycle sur la question des retraites. Avec mes collègues du Front de Gauche nous avons voté contre ce rapport scandaleux, qui n'accorde que 2 paragraphes à la question d'une retraite décente et incite lourdement les Etats membres à supprimer un âge légal de départ à la retraite et à faire travailler les plus de 60 ans quitte à adapter les lieux de travail aux besoins des personnes agées.

Explication de vote de Marie-Christine Vergiat sur le rapport de Thomas Mann "sur le défi démographique et la solidarité entre les générations" adopté le 11-10-2010

J'ai voté contre ce rapport qui montre une fois de plus l'incapacité des majorités qui gouvernent l'Europe à entendre les revendications des citoyens européens. Bien que, sur ces questions, l'Union européenne ne dispose d'aucune compétence, M. Mann fait voler en éclat à la fois les acquis sociaux et le principe de subsidiarité.
Entre autres, le rapport encourage les Etats membres à favoriser le travail au-delà de l'âge légal de la retraite et souhaite que les Etats membres incitent les personnes de plus de 60 ans à rester plus longtemps au travail grâce à l'adaptation des lieux de travail à leur état de santé.

Or, les personnes âgées doivent avant tout avoir droit à une retraite décente, qui leur permette de vivre dignement. 

De plus, l'aménagement aux besoins des travailleurs en fin de carrière, se fait essenteillement par les systèmes de préretraite que M Mann souhaitait purement et simplement démantèler.

Je me félicite tout de même du fait qu'un passage demandant explicitement le remplacement du système de financement par répartition par des régimes de financement par capitalisation, ait été rejeté par le Parlement européen.

Sous couvert de solidarité intergénérationnelle, M Mann éprouve même  le besoin de rappeler que les personnes âgées doivent être traitées de façon équitable comme des êtres humains jouissant de droits fondamentaux. Dont acte

Commenter cet article