Régionales 2010: "Une fructueuse confrontation du Front de Gauche"

Publié le par Marie-Christine Vergiat

L'article de Michel Del Picchia dans La Marseillaise du 10 mars 2010.


Une fructueuse confrontation du Front de Gauche

Table ronde hier à Marseille en présence de Louis Bartoloméi et Me Philippe Chaudon.


Marie-Christine Vergiat, Député européenne, élue du Front de Gauche, et Jean-Claude Aparicio, candidat « d’ouverture » sur les listes du Front de Gauche, militant des Droits de l’homme, souhaitaient mettre en avant « la petite musique des droits fondamentaux et des libertés quelque peu malmenés ces dernières années en France » à la faveur de la campagne pour les élections régionales.

La rencontre a été riche en informations et confrontations d’analyses puisqu’elle bénéficiait des contributions d’invités de qualité comme Louis Bartolomei, magistrat honoraire, représentant le Syndicat de la Magistrature (SM), qui fut procureur adjoint à Marseille, et Me Philippe Chaudon, avocat marseillais, membre du conseil national du Barreau au titre du Syndicat des avocats de France (SAF). Pour Jean-Claude Aparicio, « la justice, qui fait face à des tentatives de déstabilisation sans précédent », avec les réformes initiées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, est « au centre d’enjeux fondamentaux » et les « magistrats sont, plus que jamais, sous la menace de pressions du pouvoir politique ». Avec son franc-parler soutenant une analyse très fine de la situation et en se gardant de « tout excès », Louis Bartolomei parlera d’un « procureur qui devient auxiliaire de police » si l’on regarde de près le projet gouvernemental. Le débat a en effet longuement tourné autour de ce qu’il faut résumer par la suppression du juge d’instruction.

« Attention », alerte Louis Bartoloméi, « lorsqu’on nous parle de nouveau juge d’instruction, il convient d’aller gratter pour voir ce qu’il y a derrière ».

« Un procureur qui devient auxiliaire de police »

Me Philippe Chaudon préfère d’abord ne pas prendre de manière « fermée » une « réforme de la procédure pénale qui est à combattre », mais en soulignant que « le système actuel montre bien des faiblesses » et « le gouvernement en profite pour amplifier le pouvoir de la police ». Car un des aspects également soulignés lors de cette table ronde, notamment par Louis Bartolomei, c’est que « la police doit plus que jamais faire avant tout du chiffre ». Pour l’ancien procureur, « mieux vaut déférer plusieurs petits dealers que le grand chef mafieux de la cité, c’est mieux pour les statistiques ». A partir de ce constat, Louis Bartolomei proposera justement la création d’un « Observatoire de la statistique policière », afin de suivre de près ces questions ainsi que la tenue, à Marseille, « d’une large table ronde sur le thème de la justice ». Louis Bartolomei ayant aussi lancé « que tout cela est soutenu par une idéologie bien précise », il revenait à Marie-Christine Vergiat de noter qu’il y a là « une vraie bataille politique à mener, une bataille d’opinion, et l’Europe peut être un des terrains de ce combat, même si le rapport de force n’est pas évident, mais des choses bougent à ce niveau et une bascule est possible ». En tout cas, les participants à cette rencontre ont promis de ce revoir car il y a du pain sur la planche.

Publié dans Régionales 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article