Réforme des retraites : assez de mépris et de répression

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Communiqué de presse de Marie-Christine VERGIAT

Députée européenne du Sud Est

Coordinatrice de la Délégation française du Front de Gauche

(Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique)

 

 

18 octobre 2010

 

Réforme des retraites : assez de mépris et de répression

Refusons de laisser les lycéens payer l'incurie du gouvernement

 

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement refuse de répondre à la colère d'un nombre croissant d'hommes et de femmes qui contestent une réforme des retraites injuste qui fait une fois de plus peser sur les seuls salariés une réforme qui devrait en appeler à la solidarité nationale. Alors que les écarts entre les plus riches et les plus pauvres ne cessent de s'accroitre dans notre pays et que la France détient le triste privilège de compter le plus grand nombre de millionnaires en Europe, nos gouvernements tentent d'opposer les générations les unes aux autres plutôt que de mettre en œuvre une réforme basée sur la solidarité nationale et sur une autre répartition des richesses.

 

Devant ce refus de dialogue, la colère monte et gagne désormais la jeunesse et notamment le monde lycéen qui comprend bien qu'en reculant l'âge de la retraite, ce sont les jeunes qui payeront le prix fort de cette réforme puisqu'elle provoquera l'aggravation du chômage des jeunes, déjà en France un des plus élevés d'Europe.

 

Le gouvernement et sa majorité répond comme toujours : la place des lycéens n'est pas dans la rue, ces jeunes sont manipulés... Ils refusent d'entendre et de comprendre la colère de ces jeunes.

 

Pire, ils envoient les forces de l'ordre dans les établissements et sur les manifestants et les incidents se multiplient avec des violences émanant des forces de police qui ne sont pas tolérables.

 

A Lyon, jeudi dernier, on parle de plus de 50 arrestations dont la plupart ont été faites au hasard.

Trois de ces jeunes seront aujourd'hui présentés devant le tribunal de grande instance de Lyon accusés d'avoir détruits quelques poubelles et surtout d'outrage à agents (infraction dont on connait les abus).

 

La place des jeunes n'est pas devant les tribunaux, la réponse à leurs revendications ne peut passer uniquement par la répression que celle-ci soit judiciaire ou policière...

 

Je me sens solidaire de ces jeunes, de leurs parents et de tous et de toutes celles qui les soutiennent.

J'en appelle à la raison et espère que l'on peut encore faire confiance à la justice pour ramener ces faits à leur juste place.

Je ne doute donc pas que ces jeunes seront relaxés et pourront reprendre le cours de leur vie alors qu'ils n'ont fait qu'exprimer des droits démocratiques auxquels ils ont droit et que l'on ne cesse de leur dénier.

 

Dans un pays qui se veut démocratique, on ne peut gouverner uniquement par la peur, la répression  et le mépris.

Commenter cet article