Mon intervention sur les agents sportifs

Publié le par Marie-Christine Vergiat


Marie-Christine Vergiat, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, je me félicite de la question posée par notre présidente en pleine coupe du monde de football. L'étude de la Commission a en effet des côtés inquiétants en ce qu'elle dénonce les menaces qui pèsent sur l'éthique et la réputation du sport.

Si le mouvement sportif doit rester le principal acteur des réglementations en s'appuyant sur ces milliers d'hommes et de femmes bénévoles, qui font vivre l'esprit sportif tel que nous l'aimons puisqu'il est facteur d'épanouissement individuel, les États doivent être à ses côtés pour sanctionner les atteintes à l'ordre public et sanctionner les dérives.

Ces dérives sont celles du sport business, dans lequel les sportifs deviennent de plus en plus des marchandises et leurs agents de simples courtiers, les plaçant comme de simples marchandises, justement. Les transferts atteignent des sommes astronomiques et les droits des mineurs sont de plus en plus malmenés.

Ces dérives sont transfrontalières, ce sont celles de l'argent roi, de l'argent fou, elles ont malheureusement été renforcées par la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes. Les instances dirigeantes des quelques sports concernés, et notamment celles du foot, cherchent l'aide des instances européennes. Oui, Madame la Commissaire, il faut agir et, pour ma part, je regrette que la France vienne de voter une législation contraire.

Pour voir le texte de la résolution adoptée, cliquez ici

Commenter cet article