Mon intervention sur le Nigéria

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 

 

Mon intervention sur le Nigéria

 

Bruxelles, le 6 mai 2010

 

La GUE/NGL s'associe bien évidemment aux condoléances adressées au peuple nigérian après le décès de son Président mais ne votera pas la proposition de résolution commune qui nous est proposée aujourd'hui et elle a refusé de s'y associer.

 

En effet, nous considérons que cette résolution, contrairement à certaines interventions que je viens d'entendre, ne s'attaque pas réellement aux causes des violences récurrentes qui se produisent dans ce pays et n'en traite d'ailleurs qu'une partie, même si nous dénonçons ces violences et demandons effectivement que les auteurs soient poursuivis et jugés.

 

En effet, le Nigéria est un grand pays d'Afrique riche d'une histoire séculaire, de loi, le plus peuplé d'Afrique avec 140 millions d'habitants. On pourrait même dire que ce devrait être un pays riche, depuis qu'on y a découvert des gisements de pétrole en 1957, particulièrement faciles à exploiter.

 

La valeur de son PIB le place en deuxième position en Afrique après l'Afrique du Sud et avant l'Algérie.

 

Mais la majorité de sa population vit en deçà du seuil de pauvreté et c'est le seul pays au monde disposant d'importantes ressources pétrolières à présenter un déficit budgétaire.

 

Comble de l'ironie, le Nigéria importe la quasi-totalité des produits pétroliers dont son économie a besoin en raison de l'insuffisance de ses capacités de raffinage. Il faut dire que ses trois principales raffineries sont hors d'état de fonctionner et pire sa production d'or noir a chuté de façon impressionnante au cours de dernières années en raison des attaques incessantes dont sont victimes les installations pétrolières.

 

Alors pourquoi le Nigéria est-il dans cette situation?

 

Parce que le Nigéria est un exemple flagrant de la main mise de certaines compagnies internationales avec la complicité de certains de nos gouvernements sur les ressources de l'Afrique, en l'occurrence des compagnies pétrolières et notamment de l'une d'entre elles qui exploite 40% de l'or noir nigérian.

 

Ces compagnies font et défont les gouvernements en fonction de leurs besoins propres et au détriment des besoins des populations du pays.

 

Le delta du Niger, dont la flore et la faune étaient parmi les plus belles du monde est devenu un véritable dépotoir. Non seulement à cause de l'exploitation du pétrole mais aussi parce que, chaque mois, 500 conteneurs remplit des déchets toxiques les plus divers entrent dans le port et sont déposés à ciel ouvert dans d'immenses décharges.

 

Le Nigéria est l'un des pays les plus corrompus du monde. Depuis l'indépendance, alors que l'exploitation du pétrole a rapporté plus de 400 milliards au pays, la junte des parrains qui se sont succédés au pouvoir s'est mis dans la poche plus de 325 milliards de dollars et où sont ces dollars? Dans des comptes en Suisse, en Grande Bretagne et en France.

 

Pour ma part, je trouve cette situation intolérable et je considère que ce n'est pas simplement en dénonçant les violences inter-ethniques ou interreligieuses que l'ont peut aider le peuple nigérian.

 

Nous ne pouvons aider le peuple nigérian à accéder à la démocratie et à vivre librement dans la paix et la dignité, tant qu'il ne pourra pas disposer librement des ressources considérables de son pays. L'y aider constituer un enjeu majeur pour l'UE vis à vis du pays le plus grand d'Afrique dont la population va quasiment doubler dans les prochaines années et pour l'Afrique en général.

 

Non, la résolution qui nous est proposée aujourd'hui n'est pas à la hauteur de ces enjeux. Oui, nous devons faire de notre aide à ce pays un exemple de ce que nous entendons faire en matière de solidarité internationale.

Commenter cet article