Mon intervention sur le Congo: le cas de Floribert Chebeya Bahizire

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 

Marie-Christine Vergiat. - Monsieur le Président, l'assassinat de Floribert Chebeya Bahizire, directeur exécutif de l'organisation des droits de l'homme, La Voix des Sans-Voix, alors qu'il venait d'être convoqué à la police, tout comme la disparition de son chauffeur, sont malheureusement, assez symboliques de la situation des droits de l'homme au Congo.

On peut aussi se demander pourquoi la famille de M. Chebeya ne peut même pas avoir accès à son corps. M. Chebeya était connu pour ses prises de position contre les dirigeants congolais. Il dénonçait régulièrement auprès des ONG, auprès des médias, l'évolution dramatique de la situation au Congo. On ne compte plus les journalistes et les militants des droits de l'homme qui sont menacés, arrêtés, torturés, assassinés dans ce pays.

Pascal Kabungulu, en 2005, Franck Ngycke et son épouse Hélène Mpaka, Serge Maheshe en 2007, DidaceNamujimbo en 2008, pour ne citer que quelques exemples parmi ces très nombreuses victimes. Mieux encore, si je puis dire, alors que la CPI a lancé un mandat d'arrêt contre M. BoscoNtaganda, le gouvernement congolais l'a gratifié d'une promotion.

Parallèlement, la situation économique et sociale dans ce pays ne cesse de se dégrader. Un climat de guerre civile règne dans une partie du pays: massacres, viols massifs, enrôlement d'enfants soldats font, si j'ose dire, partie du paysage....

Pour voir le texte de la résolution adoptée, cliquez ici

Commenter cet article