Mon intervention d'une minute sur la Tunisie

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Marie-Christine Vergiat

 

 

Intervention d'une minute

 

 

Strasbourg, 17 mai 2010

 

C'est avec consternation que nous avons appris sur ces bancs la mise en place d'un groupe de travail visant à discuter d'un statut avancé pour la Tunisie.

 

Pourquoi consternation? Parce qu'il ne se passe pas un seul jour sans que des témoignages nous arrivent de ce pays montrant la multiplication des menaces et manœuvres d'intimidation sur tous ceux et toutes celles qui osent encore dénoncer les méthodes de ce régime.

 

Sans même revenir sur les derniers résultats des élections municipales où les partis proches du régime ont recueilli près de 90% des voix.

Ce n'est pas la peine de commenter.

 

Je voudrais donner quelques exemples:

 

  • le 6 mai dernier, le journaliste Zouhair Maklouf a été arrêté et molesté par la police tunisienne alors qu'il se rendait à un dîner autour de l'ancien bâtonnier de Paris;
  • le 18 mai prochain, un autre journaliste, Fahem Boukadous, verra sans doute sa condamnation à 4 ans de prison confirmée. Qu'a-t-il osé faire? Rendre compte de l'agitation sociale qui a eu lieu dans le bassin de Gafsa et de la sévère répression qui s'en est suivie;
  • les avocats Abderraouf Ayadi, Me Ayachi Hammami, Mohamed Abbou, Radhia Nasraoui, connus pour leurs engagements pour les droits de l'Homme ne comptent plus les manoeuvres d'intimidation sur eux-mêmes et leurs clients.  

 

Internet est de plus en plus censuré. On ne compte plus les sites qui ne sont plus accessibles depuis la Tunisie. Même mon propre blog, mes chers collègues, n'est désormais plus visible.

 

Alors oui, j'ose le dire, les intérêts économiques et diplomatiques, à quelques semaines du sommet de l'UPM, ont pris le pas sur la défense des droits de l'Homme. C'est pour ce qui me concerne insupportable. L'Union européenne se ridiculise.

 


Publié dans Tunisie-Gafsa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kalai 02/08/2010 12:03



Sans crédibilité pour les uns et sans légalité pour les autres, tout en évoluant davantage vers le radicalisme et le négationnisme,
certains eurodéputés dont Mme Marie-Christine Vergiat,  conduisent les « symboles » de l’opposition à jouer le rôle de l’éternelle victime.
Heureusement pour la Tunisie et les Tunisiens, le message politique qui se dégage de la réaction face à ce jeu dangereux incessamment joué par  certains eurodéputés complices d’éléments extrémistes tunisiens, consiste à dire quand la libération de certains eurodéputés de leurs réflexes
néocolonialistes ?



Marie-Christine Vergiat 07/08/2010 22:45



juste pour vous montrer que j'ai lu votre texte qui se passe de commentaires



RAJHI 02/08/2010 11:32



Pour paraphraser Mme Marie-Christine Vergiat, députée européenne Front de Gauche, Certains eurodéputés dont Mme Marie- Christine
Vergiat elle-même, se ridiculisent et perdent de leur crédibilité en matière de défense des droits de l’homme. Il  n’y a aucune possibilité
 qu’on les retrouve aux côtés des Tunisiens dans le combat de tous les jours pour la démocratie, la protection et la consolidation des acquis de la
modernité. L’alliance de ces députés avec les éléments gauchistes et islamistes tunisiens  est défavorable à plus et ou moins court terme aux idéaux
de liberté,  d’égalité et de modernité. Avec eux, ce ne sera pas certainement pas le projet démocratique tel qu’en rêvent les forces vives du pays qui
triomphera. Et pour mener les combats à venir, les « symboles » de l’opposition  risquent de voir à traîner, comme un lourd
contentieux  discréditant de manière définitive leurs discours et leurs idéaux, leur manque de lucidité et de fermeté dans l’atmosphère
kafkaïenne  où s’est installée le mariage des extrémismes aujourd’hui.


A quand le réveil de Mme Marie-Christine Vergiat ?



Marie-Christine Vergiat 02/08/2010 11:58



Je laisse à l'appréciation de mes lecteurs ce commentaire.


L'avenir nous dira sûrement où sont ceux et celles qui défendent et combattent pour la démocratie en Tunisie.


Monsieur RADJHI, ne vousinquiétez pâs pour moi, je suis bien réveillée