Mon intervention au colloque de l'IFA sur les inégalités entre femmes et hommes artistes

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Le 8 juin, j'ai participé à une conférence sur les stratégies européennes afin de combattre les stéréotypes de genre et promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes dans les domaine du théâtre, du cinéma et de la télévision, organisée par la Fédération internationale des Acteurs et la GUE/NGL ainsi que les groupes des Socialistes et Démocrates et des Libéraux.

Ci-après mon intervention lors de la conférence.


Colloque IFA

8 juin 2010

 

Eléments de contribution au débat

 

 

 

 

La question de l'égalité entre les femmes et les hommes est un sujet sur lequel l'Union européenne a un bilan plutôt positif. Cette question est prise en charge quasiment depuis l'origine de l'Union européenne via l'égalité de rémunération au travail, et a peu à peu élargi à l'ensemble de l'égalité des chances et du traitement égal des femmes et des hommes au travail ainsi qu'à toutes les discriminations fondées sur le sexe et aux violences faites aux femmes.

 

Pour autant, force est de constater que les inégalités persistent y compris en matière de rémunération et que les stéréotypes persistent dans la réalité que vivent les femmes.

 

Lutter contre les inégalités et les stéréotypes de sexe et de genre nécessite d'intervenir sur les champs politique, juridique, moral et symbolique. Or, si sur le plan politique, juridique et moral, les choses ont réellement avancé : la femme d'aujourd'hui ne vit pas comme celle des années 50; sur le plan symbolique, les choses restent largement à défricher.

 

Deux éléments de constat quand on examine, par exemple, les textes européens:

 

-        la confusion permanente entre le sexe et le genre;

-        le hiatus entre le discours sur la nécessité de lutter contre les stéréotypes et les actions concrètes proposées ou réalisées en ce domaine.

 

Compte tenu de l'importance du symbolique, de l'image pour les artistes dont les acteurs font partie, je souhaite insister sur ces questions et vous proposer de travailler ensemble sur des actions concrètes qui doivent, me semble-t-il, tourner autour de 4 axes :

 

-        insister sur les progrès accomplis;

-        dénoncer les archaïsmes;

-        comprendre les blocages;

-        agir concrètement contre ces stéréotypes en associant 4 catégories d'acteurs (les pouvoirs publics, les organismes de contrôle et de régulation [qui doivent être forcement indépendants], les professionnels du secteur, les acteurs de la « société civile » et notamment les minorités actives que sont les associations et notamment les associations féministes). 

 

Il est important de ne pas négliger les progrès accomplis et de ne pas avoir un discours purement dénonciateur par rapport aux choses qui ne vont pas au risque de ne pas être compris(es) et de ne pas être en phase avec les réalités de ce que vivent les femmes aujourd'hui.

 

La mise en place de l'Institut pour l'égalité des femmes à Vilnius d'ici la fin du mois (même si l'on peut s'interroger sur le temps pris pour y arriver) constituera sans doute un progrès car il permettra de mieux recenser et rendre visibles des études, statistiques et bonnes pratiques.

 

De même, il me semble important que la commission des droits de la Femme et d'égalité des genres et la commission de la culture et de l'éducation travaillent mieux ensemble notamment pour voir si les programmes « Médias » et « Culture » mettent en pratique le  gender mainstreaming.

 

Ce type de dialogue est important pour faire avancer les choses sur ce sujet comme sur beaucoup d'autres car, si les acteurs ont besoin des politiques, le contraire est tout aussi vrai. C'est ensemble que nous pourrons faire avancer les choses.

Publié dans Egalités

Commenter cet article