Le Parlement européen doit impérativement condamner le coup d'état au Honduras

Publié le par Marie-Christine Vergiat

"LE PARLEMENT EUROPEEN DOIT IMPERATIVEMENT CONDAMNER LE COUP D'ETAT AU HONDURAS"
 

 
Erasto Reyes, syndicaliste et représentant du Front de Résistance du Honduras s'est rendu ce mercredi au Parlement européen dans le cadre de sa tournée européenne de solidarité. Erasto Reyes est venu demander une aide concrète au Parlement européen. En conférence de presse a déclaré que: " le Parlement doit dénoncer et condamner vigoureusement le coup d'Etat qui a eu lieu au Honduras. Nous demandons à tous les députés européens de nous aider à restituer le pouvoir démocratique et à obtenir le retour inconditionnel du Président Zelaya, seul président légitime du Honduras. C'est pourquoi nous demandons que l'Union européenne s'abstienne d'envoyer des observateurs aux élections prévues en Novembre et que, à l'instar de l'ONU et de l'OEA, elle déclare le processus électoral en cours illégitime".
 
Dans son intervention, Willy Meyer, député européen espagnol GUE/NGL et Vice-président de l'Assemblée EUROLAT a témoigné de sa concordance avec les demandes d'Erasto Reyes et de la solidarité absolue de son groupe parlementaire. Willy Meyer (qui s'était rendu au Honduras, mandaté par la GUE/NGL quatre jours à peine après le coup d'Etat) a insisté sur le fait qu'"aucune solution n'est acceptable si elle ne garantit pas la restauration de l'ordre constitutionnel au Honduras et donc le retour du Président Zelaya. S'il n'en va pas ainsi avant les élections de Novembre, celles-ci ne sauraient être reconnues comme légitimes: elles émanent d'un gouvernement putschiste qui a annulé les droits fondamentaux des honduriens."
Willy Meyer a enfin dénoncé le fait qu'une délégation de députés européens du groupe PPE s'est rendues récemment au Honduras pour rencontrer le gouvernement de fait de Micheletti, "ce qui suppose qu'ils reconnaissent un gouvernement illégitime" a-t-il dit.
 
Le député européen portugais de la GUE/NGL João Ferreira, qui s'est rendu au Honduras en août et y a rencontré le Président Zelaya, a quant à lui fait état de la grande mobilisation populaire contre le coup d'Etat et pour la restitution de la démocratie et le retour de Zelaya dont il a été témoin. "Ce coup d'Etat n'est pas qu'un coup d'Etat contre le peuple hondurien, c'est un putsch contre tous les pays latino américains où le progrès social est en marche".
 
Jean-Luc Mélenchon, député européen français de la GUE/NGL, a souligné les efforts de son groupe parlementaire et ses initiatives qui ont permis de prouver que tous les députés européens ne sont pas du côté des putchistes, contrairement à ce que le silence honteux du Parlement à ce sujet pourrait laisser croire. "Il est inadmissible que l'Union européenne soit la grande absente dans la lutte contre la banalisation de ce coup d’Etat" a-t-il déclaré avant de dénoncer "les appels tout à fait indécents à la retenue" de la Présidence suédoise qui avait renvoyé scandaleusement putschistes et résistants dos à dos en juillet dernier. " Nous devons avoir conscience du fait que le Honduras est une sorte de « cahier de brouillon » de la méthode pour renverser les gouvernements qui déplaisent à l’Empire. Nous ressentons une grande inquiétude de voir le retour de telles méthodes en Amérique latine, car nous savons que quand ils commencent à un bout ils ne s’arrêtent pas en chemin", a indiqué le député européen avant de conclure en invitant l'assistance à se rendre à la manifestation de soutien au Honduras qui avait lieu dans l'heure qui suivait.
 
Par GUE/NGL press officer
Gianfranco Battistini
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article