Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Ce sont plus de 4800 les travailleurs sans-papiers en lutte.
Le mouvement ne faiblit pas, au contraire, ils sont soutenus par cinq organisations syndicales et huit associations:
FSU, Union syndicale Solidaires, Ligue des droits de l’Homme, Cimade, RESF, Autremonde, Femmes Egalité, Droits devant !!.


Paris, le 4 novembre 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE
 
CELA NE SERT A RIEN D’EVACUER LES TRAVAILLEURS-EUSES SANS PAPIERS !
IL FAUT ALLER AU BOUT DES DISCUSSIONS SUR LA CIRCULAIRE !

 
Trois semaines de lutte ! 4 800 salariés en grève ! 1 250 entreprises touchées ! 34 départements concernés ! Les salarié(e)s sans papiers continuent à se battre pour conquérir leurs droits. La force du mouvement ne faiblit pas. Bien au contraire, chaque jour ce sont des forces nouvelles qui le rejoignent. Trois semaines de lutte ! Les salarié(e)s sans papiers ont pris la parole, elles et ils ne veulent plus la perdre. Mais aujourd'hui, plus que jamais, ils ont besoin de solidarité et d'engagement.
De solidarité, parce que les marques de soutien sont indispensables pour continuer à faire grandir le rapport de forces.
D'engagement, parce que maintenant, pour tenter de faire céder ces salariés, les moyens policiers utilisés ne s'embarrassent plus de longueurs légales ou juridiques.
 
Lundi 2 novembre, dans le quartier d’affaires de La Défense, c'est sans aucune décision judiciaire, ni référé ni même ordonnance sur requête, mais sur un simple coup de téléphone patronal à la préfecture de police de Paris (!) que les travailleurs sans papiers qui occupaient depuis le matin le chantier de la Tour Axa ont été évacués, ceci alors que nombre d’entre eux travaillent précisément sur ce chantier depuis de nombreux mois.
Cette tentative d'intimidation porte un nom : c'est une illégalité ! C’est une atteinte au droit de grève !
Les salariés des petites entreprises de la sous-traitance, les nombreux intérimaires qui travaillent pour les grands donneurs d’ordres du Bâtiment et des Travaux Publics n’auraient-ils pas le droit d’exercer leur droit de grève là où ils travaillent? Certains employeurs auraient-ils tellement peur de cette lutte qu'ils préfèrent s'abstenir même d’une procédure judiciaire ? Certains seraient-ils tellement « aux ordres » qu’ils obéissent sans sourciller à tous les désirs de grands donneurs d’ordres ?
 
Les cinq organisations syndicales et les six associations parties prenantes du mouvement des travailleurs-euses « sans papiers » protestent contre le recours à ces méthodes extra judiciaires et appellent toutes celles et tous ceux qui sont attachés à la justice et aux droits à tout faire pour que ces salarié(e)s gagnent une circulaire de régularisation avec des critères simplifiés, améliorés, harmonisés, garantissant l’égalité de traitement et une procédure de régularisation sécurisée.
 
Les discussions sont en cours avec le ministère de l’Immigration depuis le 22 octobre. Elles doivent être menées jusqu’au bout, y compris sur les sujets impliquant le Ministère du Travail et le Ministère de l’Intérieur. Il ne sert donc à rien, ni de tenter d’intimider, ni de jouer la précipitation.
 
« Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !»
 
 
Les signataires suivants de la lettre du 1er octobre au Premier ministre : CGT, FSU, Union syndicale Solidaires, Ligue des droits de l’Homme, Cimade, RESF, Autremonde, Femmes Egalité, Droits devant !!.

Publié dans Associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article