Guinée-Conakry : la société civile guinéenne et internationale interpelle les acteurs de la crise et les appelle à la retenue

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 
Guinée-Conakry : la société civile guinéenne et internationale interpelle les acteurs de la crise et les appelle à la retenue
Je ne peux que partager les inquiétudes des ONG en ce qui concerne la situation en Guinée Conakry. Je suis intervenue à plusieurs reprises sur la situation dans ce pays notamment pour y dénoncer les massacres de septembre 2009, et pour soutenir la société civile dont l'action est d'autant plus remarquable que ce pays est marqué par la dictature depuis la décolonisation. Il est fondamental que la communauté internationale continue de soutenir tous ceux et toutes celles qui se battent dans ce pays pour un minimum de démocratie.

Communiqué commun, 4 novembre 2010

 

Les 101 organisations de la société civile guinéenne, française, régionale et internationale, signataires, condamnent les violences et les attaques contre les populations civiles, les défenseurs des droits humains et les acteurs politiques guinéens qui se sont déroulées au cours de ces trois derniers mois en Guinée. Elles appellent tous les acteurs et en premier lieu les autorités nationales à faire preuve de retenue et de modération.

Les scènes de violence, qui ont marqué la campagne électorale pour le second tour de l’élection présidentiell,e et les interventions disproportionnées des forces de défense et de sécurité qui se seraient rendues responsables de violations graves des droits humains (agressions, arrestations et détentions arbitraires, vols, violations de domicile), constituent des actes contraires au droit national et, pour ce qui concerne les forces de sécurité de l'État, des actes violant le droit international des droits humains. Ces faits soulignent à nouveau, comme lors des événements du 28 septembre 2009 et ceux de 2007, l’impunité dont jouissent toujours les membres des forces de défense et de sécurité impliqués dans des violations des droits humains.

En cas de nouvelles manifestations, les forces de sécurité guinéennes doivent respecter les « Principes de base des Nations unies sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les responsables de l'application des lois » pour disperser les manifestants. Ces « Principes de base » exigent que les forces de l'ordre utilisent en priorité des moyens non violents avant de recourir à la force. Si l'usage légitime de la force s'avère inévitable, les agents des forces de l'ordre doivent faire preuve de retenue, minimiser à tout moment les dommages et les blessures, respecter et préserver, en toutes circonstances, la vie humaine conformément à l'article 4 de la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples.

Nos organisations dénoncent aussi toutes velléités ou volontés de dresser les communautés nationales les unes contre les autres, dont l'objectif principal serait de saper le processus de transition en hypothéquant la tenue du second tour et porter atteinte à l’avènement de la démocratie en Guinée.

Les 101 organisations de la société civile guinéenne, française, régionale et internationale signataires appellent :

• les autorités nationales guinéennes civiles et militaires à mettre un terme aux exactions des forces de défense et de sécurité, à prendre les mesures nécessaires afin de faire la lumière sur les événements de ces derniers jours et de sanctionner les auteurs de violations des droits humains ; à garantir le caractère libre, honnête et transparent de l'élection présidentielle ; à appliquer les « Principes de base des Nations unies sur le recours à la force » ;

• les deux candidats à l'élection présidentielle, et leurs partisans, à respecter et à appliquer de manière stricte les différents codes de bonne conduite qu’ils ont signés afin d’assurer le bon déroulement et l'issue de l'élection présidentielle, et à accepter le règlement de tout différend électoral par les voies constitutionnelles, y compris judiciaires ;

• les membres du Groupe international de contacts pour la Guinée (GIC-G), les organisations internationales concernées et, plus largement, l'ensemble de la communauté internationale à poursuivre son engagement aux côtés du peuple guinéen afin de soutenir et garantir la sécurité des populations civiles, des défenseurs des droits humains, des journalistes et des acteurs de la société civile, la validité et la transparence du second tour de l'élection présidentielle, notamment par la présence en nombre suffisant d'observateurs civils et militaires en amont, pendant et après le scrutin.

 

Organisations signataires au 4 novembre 2010

 

Organisations internationales signataires
AI : Amnesty international
AEDH : Agir ensemble pour les droits de l'Homme
FIDH : Fédération internationale des Ligues des droits de l'Homme
Human Rights Watch
UIDH : Union interafricaine des droits de l'Homme
 
Liste des organisations françaises signataires :
ACAT – France : Action des chrétiens pour l’abolition de la torture
ANG : Association Normandie Guinée
CCFD – Terre Solidaire : Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement
CFSI : Comité Français pour la Solidarité Internationale
Étudiants et Développement
LDH : Ligue française des droits de l'Homme et du Citoyen

Organisations guinéennes signataires :
2ADC : Association des Agents de Développement Communautaire
2APSD : Association d’Aide aux Personnes en Situation Difficile
AACES
ACT : Association des Couturières de Tangama
ADA
ADAPE GUINEE: Association pour le Développement Durable et la Protection de l’Environnement en Guinée
ADC
ADD : Association pour le Développement Durable
ADELGUI
ADJDEM: Association Durable des Jeunes pour le Développement de Mali
ADL : Association pour le Développement Local
ADREMGUI : Association pour le Développement Rural et Entraide de Guinée
AFDAM : Association Féminine pour le Développement Agricole de Mamou 
AFDVDD : Action des Femmes Volontaires pour le Développement Durable
AFITED : Association des Filles Techniciennes pour le Développement
AGIL : Association pour la Promotion de la Gouvernance et des Initiatives Locales
AGPAB : Association Guinéenne pour la Promotion de l’Agriculture Biologique
AJBIB
AJDD : Association des Jeunes pour le Développement Durable
AJDELOPE: Association des Jeunes pour le Développement et la Protection de l’Environnement
AJDIC
AJDPR : Association des Jeunes pour le Développement et la Promotion Rurale
AJQDK : Association des Jeunes des Quartiers Pour le Développement de Kankan
AJUD : Association des Jeunes Unis pour le Développement
AJUKASS
AJUPE : Association des Jeunes Universitaires pour la Protection de l’Environnement
AMM : Association Maison Mère
APE : Association pour la Protection de l’Environnement
APEK – AGRICULTURE : Association pour la Promotion Economique de Kindia-Agriculture
APIC : Association pour la Promotion des Initiatives Communautaires
APICARE : Appui à la Préservation des Intérêts Communautaires Associatifs et à la Réussite de l’Entreprenariat
APIF: Association pour la Promotion des Initiatives Féminines
APROFET: Association pour la Promotion de l’Entreprenariat Féminin à Tougué
ARAFAN
ARD : Agriculture Rurale et Développement
ARSYF
ASB : Association Source du Bonheur
AVFA : Association des Veuves et Femmes Victimes d’Abandon
AVOD
AVODEC : Association des Volontaires pour le Développement Communautaire
AVODEPPE: Association des Volontaires pour le Développement Participatif et la Protection de l’Environnement
AVOPROJEF
BCDORA : Bureau des Consultants pour le Développement Organisationnel et l’Autopromotion
CADS
CAEF
CAFODED : Centre d’Apprentissage et de Formation pour le Développement Durable en Guinée
CAVE 28/09 : Collectif des associations de victimes du 28 septembre 2009
CEFACAM : Centre d’Etude, de Formation et d’Action Communautaire
CENAFOD KANKAN : Centre Africain de Formation pour le Développement
CNOSCG : Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéennes
CODIF
COJDEM : Coopérative des Jeunes pour le Développement de Mamou
COMAB
CONAG : Confédération Nationale des Éleveurs de Guinée
COPROCOM
CVPD : Corps des Volontaires pour le Développement et la Paix
ENFANCE DU GLOBE
FAAF : Fonds d’Appui à l’Autopromotion Féminine
GVD: Groupement Volontaire pour le Développement
IFDEP: Initiatives des Femmes pour le Développement de Pita
INADER : Institut National d’Appui au Développement Rural/Guinée Forestière 
JADD: Jeunes Associés pour le Développement de Dalaba
LANSA: Association de lutte contre la pauvreté
LIMANIYA
LONNI GUINEE
NGALU LABE : Novateur Groupe d’Appui et de Lutte pour l’Autonomie
OGDH : Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme
ODRID : Organisation pour le Développement Rural Intégré et Durable
PACEM INTERIS
REFERENCE
RADDHO – Guinée : Rencontre africaine pour les droits de l'Homme
RGTA : Réseau Guinéen pour la Traction Animale
RVAD
SOJADD : Solidarité Jeunesse Action pour le Développement Durable
SOLIDARITE DALABA
UDEC
UJUC
UGIEG
UGVD: Union Guinéenne des Volontaires pour le Développement
UJL : Union des Jeunes de Lélouma
UTDI : Union des Techniciens pour le Développement Intégré
UTMG : Union des teinturières de la moyenne Guinée
VAPE: Volontaires d’Aide à la Protection de l’Environnement
VAAC: Volontaire d’Appui aux Actions Communautaires
VAATEC: Volontaires Africains pour l’Assistance Technique
VGD

 

Autres organisations signataires
CODAP : Centre de conseils et d'appui pour les jeunes en matière de Droits de l'Homme (Suisse)
LSDH : Ligue sénégalaise des droits de l'Homme (Sénégal)
ONDH : Organisation nationale des droits de l'Homme (Sénégal)
RADDHO : Rencontre africaine pour les droits de l'Homme (Sénégal)

Commenter cet article