GUE/NGL:Opel et sa longue file de chômeurs - de nouvelles règles européennes sont nécessaires pour maîtriser les multinationales en partance

Publié le par Marie-Christine Vergiat

GUE-eng.gif"Commissaire Špidla, j'ai écouté vos explications et je dois vous dire que je suis effaré", a déclaré le député français du GUE/NGL Patrick Le Hyaric, au  cours du débat au Parlement européen sur la situation d'Opel en Europe.  

 

"Vous avez défendu le plan de General Motors de fermer Opel Belgique, supprimant ainsi 2 600 emplois, alors qu'elle a réalisé 3,4 millions de profit", dit-il, énonçant certaines propositions de nouvelles règles afin d'éviter des situations similaires à l'avenir. 

 

"La nouvelle Commission devrait élaborer une directive européenne obligeant les entreprises à consulter les comités d'entreprise et les comités de groupe sur l'utilisation des aides d'État assorties d'une clause de garantie de l'emploi, de formation et de salaire, mais aussi une stratégie européenne qui impulserait la  coopération entre les groupes automobiles européens pour la recherche et pour de nouveaux véhicules propres."

 

La députée portugaise Ilda Figueiredo a évoqué le cas de fermeture d'Opel d'une usine à Azambuja, au Portugal, avec la perte de 2 000 emplois. "Opel a laissé une file de chômage parmi les travailleurs directement et indirectement touchés par son déplacement du Portugal à l'Espagne. Notez que ce n'était pas en raison des salaires, qui sont inférieurs au Portugal qu'en Espagne, mais en raison d'une stratégie de concentration de la production, indifférente aux conséquences sociales de la décision. Nous devons garder cela à l'esprit lorsque vous traitez avec Opel et octroyez des aides d'État aux multinationales et agissez pour la défense de la production industrielle, des droits des travailleurs et des populations des régions touchées."

 

 

GUE/NGL PRESS

Commenter cet article