GUE/NGL: Blair aveugle aux obligations d'Israël, mais tient à l'œil celles des Palestiniens

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Blair aveugle aux obligations d'Israël, mais tient à l'œil celles des Palestiniens

GUE-eng.gifInsistant sur la responsabilité du gouvernement israélien de prendre les mesures nécessaires pour redémarrer les pourparlers avec les Palestiniens au cours d'une réunion avec Tony Blair hier, le Vice-président de la délégation du PE avec le Conseil législatif palestinien, le député chypriote du GUE/NGL Kyriacos Triantaphyllides a exprimé sa satisfaction suite à l'appel de M. Blair au sujet de la libération du soldat israélien Gilad Shalit, mais il s'est déclaré "surpris que l'Envoyé spécial du Quartet ait fait uniquement référence aux engagements que les Palestiniens doivent suivre sans aucune référence à l'occupation par Israël."
 
"Les Israéliens ne devraient-ils pas libérer au moins un des sept mille palestiniens qui sont dans les prisons israéliennes ? Qu'en est-il de mettre un terme aux expulsions des Palestiniens de leur domicile, en particulier dans Jérusalem est, ou du gel de toute colonisation autour de Jérusalem est ? Que se passerait-il si Israël mettait fin à l'annexion de Jérusalem est ? Ces actions ne sont-elles pas des étapes nécessaires pour le redémarrage des négociations ?"
 
Concernant l'aide au développement communautaire, le député Triantaphyllides a souligné "qu'Israël est autorisé à détruire tout ce qui s'est construit avec l'aide communautaire du jour au lendemain, comme ce fut le cas lors la dernière opération militaire à Gaza en décembre 2008. Quel est le point de ce financement si l'UE ne prend aucune mesure concrète pour préserver l'infrastructure construite avec l'argent des contribuables européens?", a-t-il demandé.
 
Enfin, en réponse à l'appel de Blair à l'UE d'aider les Palestiniens à organiser leurs structures administratives afin de faciliter une meilleure gouvernance, Triantaphyllides a déclaré "nous ne sommes pas honnêtes, quand les palestiniens ont décidé d'élire un gouvernement d'unité nationale fin 2006, l'UE n'a fait aucun effort pour soutenir un tel gouvernement.»
 
«Si des élections libres et équitables ont lieu conformément à un véritable processus démocratique, y compris les élections à Jérusalem-est malgré les réticences d'Israël à l'accepter, l'Union européenne serait-elle prête à reconnaître un tel gouvernement?»

Presse GUE/NGL

Commenter cet article