Escalade de violence en République démocratique du Congo

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 Députée de la GUE/NGL Sabine Lösing

 

Escalade de violence en République démocratique du Congo

 

"Il faut une solution politique pour arrêter la violence inimaginable au Congo"

 

«Il y a eu plus de missions dans le cadre de la politique européenne de défense de sécurité en République démocratique du Congo que dans n'importe quel autre pays.

 

Ni la MONUC, mission de l'ONU depuis 2000, ni la mission de formation de l'UE EUSEC et EUPOL depuis 2005 n'ont pu entraver la violence : des milliers de personnes ont été tuées, torturées, violées, des centaines de milliers personnes ont été déplacées.  

 

Les troupes soutenues par les Nations Unies et l'Union européenne ont contribué à des crimes de guerre et à des atrocités contre la population civile.

 

Les conclusions du Conseil demandant la prolongation des missions de l'UE étaient erronées et le sont toujours ! La lutte contre les troupes non gouvernementales ne peut pas être considérée comme la seule stratégie pour une solution du conflit au Congo oriental. 

 

Il existe deux causes directes de l'escalade de violence récurrente. La première raison est l'exploitation des ressources du pays, et la deuxième est le fait que les pays d'Europe et de l'UE soutiennent les troupes rebelles et le gouvernement corrompu de Joseph Kabila. 

 

L'argument principal du programme européen d'éducation au Congo dit qu'il s'agit de stabilisation et de sécurité. La question est : sécurité pour qui ?

Il semble que l'UE ne signifie pas la sécurité pour les civils congolais, en particulier la sécurité des femmes et des enfants. 

 

Le programme européen d'éducation offre une stabilité uniquement au régime corrompu de Kabila, mais ce régime a plus intérêt à signer des contrats avec des sociétés minières internationales que de prendre soin du peuple congolais".

Commenter cet article