Droits de l'Homme : "La voix du Parlement européen est écoutée"

Publié le par Marie-Christine Vergiat

La GUE/NGL n'a pas souhaité signer la résolution commune sur le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Ella a déposé sa propre résolution et ses propres amendements. L'ensemble de ces amendements a été rejeté par l'ensemble des autres groupes du Parlement européen alors qu'ils portaient sur la prise en compte des conséquences de la crise sur les droits de l'Homme, la situation au Honduras, en Colombie et au Sahara occidental.
La GUE/NGL entend peser autant que possible pour que cesse le bal des hypocrites sur ces sujets au sein de l'Union européenne. Prenons l'exemple de la Tunisie à témoin pour montrer ce qu'il en est réellement et voir si l'Union européenne est aussi attachée à la défense des droits de l'Homme dans les faits qu'elle l'est dans ses déclarations.

Ci dessous, l'interview de la lituanienne Laima Liucija Andrikienė (PPE), vice-présidente de la sous-commission parlementaire des droits de l'Homme, qui se rendra au Conseil des droits de l'homme de l'ONU du 14 au 16 mars.

Droits de l'homme : « La voix du Parlement européen est écoutée »

Droits de l'Homme - 24-02-2010 - 12:15

 

Alors que le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies se réunit à partir du 1er mars, les députés européens vont déterminer les priorités qu'ils souhaitent y voir abordées aujourd'hui et demain. La Lituanienne Laima Liucija Andrikienė (Parti populaire européen) fera partie de la délégation que le Parlement européen y enverra. Elle en évoque les enjeux et le rôle que le Parlement européen souhaite y jouer.


Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies se réunit à Genève du 1er au 26 mars. Le Parlement européen y enverra Laima Liucija Andrikienė (Parti populaire européen) et Richard Howitt (Socialistes et démocrates) du 14 au 16 mars.


Madame Andrikiene, vous allez vous rendre à Genève pour assister au Conseil des droits de l'homme des Nations unies (UNHRC). Quels en sont les enjeux ? Quels sont les principaux sujets à l'ordre du jour ?


Laima Liucija Andrikienė : Il y aura des réunions au plus haut niveau sur de nombreux sujets comme l'impact de la crise financière sur la situation des droits de l'homme dans le monde. Les droits des enfants seront également à l'ordre du jour alors que nous fêtons cette année le 20ème anniversaire de la Convention des droits de l'enfant. Le Conseil débattra à nouveau du rapport Goldstone sur le conflit à Gaza et dans le sud d'Israël en 2009. Et, comme d'habitude, la situation dans certains pays sera examinée de très près, comme en Birmanie, en Guinée et au Congo.


L'Iran est candidat pour les prochaines élections au Conseil des droits de l'homme, qui auront lieu cette année. D'intenses négociations diplomatiques tentent de l'en empêcher…


LLA : L'Iran n'a pas officialisé sa candidature. En revanche, certains signes montrent que le pays souhaite se présenter à l'une des quatre places vacantes dont disposent les pays asiatique (chaque région du monde est représentée au Conseil des droits de l'homme, et l'Iran fait partie de la région asiatique, ndlr).

Ce serait très regrettable que l'Iran soit élu car la situation des droits de l'homme dans certains pays qui siègent au Conseil est déjà problématique. Le Conseil des droits de l'homme risquerait ainsi de devenir aussi inefficace que la Commission des droits de l'homme des Nations unies qui existait avant lui. Il faut tout faire pour maintenir sa crédibilité.


La délégation du Parlement européen aura-t-elle une certaine influence à Genève ou est-ce le terrain de jeu exclusif des Etats ? L'Union européenne (UE) aura-t-elle une position commune ?


LLA : Concernant la défense des droits de l'homme, l'UE est un des principaux acteurs sur la scène internationale. Par conséquent, ses prises de position sont écoutées par tous. Les députés européens sont les seuls représentants des 500 millions de citoyens européens élus directement. C'est pour cela que la voix du Parlement est également importante et écoutée.


Les Etats membres coordonnent constamment leurs positions sur les droits de l'homme. Cela sera également le cas pour la prochaine session du Conseil des droits de l'homme.

Publié dans Droits de l'Homme

Commenter cet article