Délégation française du Front de gauche et de l'Alliance des Outres-mers au PE: déclaration sur le Sommet de Copenhague sur le climat

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Déclaration de la délégation du

Front de Gauche et de l'Alliance des Outre-mers

au Parlement européen

 

Sommet de Copenhague sur le climat

 

 

 

Le Sommet de Copenhague est une occasion historique de changer le sort de la planète. Il est nécessaire que les dirigeants politiques qui y seront représentés parviennent à une décision plus contraignante qu'à Kyoto, qui constitue une avancée par rapport aux objectifs fixés à Kyoto.

 

La délégation du Front de Gauche et de l'Alliance des Outre-mers demande:

 

  • la création d'un fonds d'adaptation aux changements climatiques conséquent, à la hauteur des enjeux; financé d'une part par les pays qui émettent le plus de CO2 et par les pays les plus riches, et d'autre part par une taxe carbone mondiale ainsi qu'une taxe sur les transactions financières. Ce fonds devra venir en plus et non en soustraction des aides publiques au développement.
  • la création d'une organisation internationale, telle l'OMC, qui se voit attribuer pour charge la régulation des questions du changement climatique et de l'environnement, et la gestion des fonds d'adaptation aux changements climatiques.
  • la pleine prise en considération de la position des Etats insulaires; de très nombreuses îles étant directement menacées de disparition par les effets des changements climatiques.
  • une priorité de la prise en compte du problème de la déforestation
  • l'abandon du système d'échange de droits d'émission de carbone qui constitue un vrai droit à polluer.
  • la création d'une norme mondiale valorisant la production d'énergie propre et non émettrice de carbone.
  • l'instauration de contraintes sur les industries pour les obliger à rechercher des solutions moins polluantes.
  • la nécessité de créer des obligations pour que les transports (avions, bateaux, voitures) deviennent moins polluants.
  • l'instauration d'obligations favorisant le tri et le recyclage des déchets (industriels, agricoles et ménagers).

 

La régulation mondiale des atteintes à l'environnement est une nécessité pressante, comme celles des marchés financiers et de l'internet.

 

Nous avons l'opportunité d'ouvrir cette marche de l'histoire par l'environnement : les conclusions et décisions qui ressortiront de ce Sommet doivent être à l'image de nos plus hautes aspirations humaines. L'Union européenne, et notamment le Parlement européen doivent y peser de tout leur poids, à défaut de quoi ses représentants apparaîtront comme des responsables n'ayant aucune prise sur la réalité des choses.

 

Publié dans Sommet de Copenhague

Commenter cet article

Véro 17/12/2009 16:45



l'erreur est humaine, mais si elle se reproduit c'est de la bêtise....


Pour celles et ceux qui avaient de l espoir ou des illusions sur la force contraignante de l' UE. Communiqué ATTAC:


Alors que la COP15 s’approche de l’échéance, l’Union européenne revendique son rôle de leader du climat mais revoit ses promesses à la baisse.


Lors d’une conférence de presse tenue hier au Bella Center, l’Union européenne a douché les espoirs des plus optimistes, ou des plus crédules, quant aux positions qu’elle tiendra dans la dernière
ligne droite de négociations à Copenhague.


Alors qu’elle était initialement favorable à la préservation d’un accord contraignant qui assignerait une seconde période d’engagements de réduction d’émissions aux pays industrialisés,
l’UE se range de fait aujourd’hui derrière la position des
États-Unis qui refusent un traité contraignant pour les pays riches. Et ceci en opposition avec les demandes renouvelées du G77 et de la Chine, soucieux d’obtenir des garanties explicites de la
part des pays riches qui ont trop souvent manqué à leurs promesses (Objectifs du millénaire, lutte contre le sida, lutte contre la faim) ou qui reprennent de l’autre main dix fois les sommes
dérisoires concédées à force de harcèlement (remboursement de la dette, évasion fiscale par exemple). Pour se justifier l’Union européenne avance l’argument qu’elle ne peut être seule à s’engager
alors que les États-Unis ou l’Australie resteraient en dehors de tout système contraignant.


Elle a également annoncé qu’elle s’engagerait sur une diminution des émissions à hauteur de 23% entre 1990 et 2020. Elle semble donc avoir abandonné la promesse de passer à 30% de réduction si
d’autres pays s’engageaient, alors que les propositions nouvelles du G77, appuyées sur les recommandations scientifiques, se chiffrent à 52% de réduction d’émissions entre 1990 et 2017. Le G77
propose une réduction de 80% pour 2030 et 100% en 2050, ce qui correspondrait à un réchauffement de plus 1,5° maximum.


Enfin l’Union européenne propose un financement d’urgence de 2,4 milliards d’euros d’ici 2012, ce qui soulève la colère des pays du Sud, qui ne demandent pas la charité mais la reconnaissance
d’une dette écologique. Aucune solution de financement à long terme n’est par ailleurs avancée. Cette faiblesse des financements publics illustre la priorité donnée aux marchés du carbone pour assurer le financement de la lutte
contre le changement
climatique.


Attac reste opposé aux marchés du carbone, car ils
sont inefficients et contre-productifs. Ils offrent de nouvelles opportunités de spéculation aux acteurs de la finance. Et grâce aux mécanismes de compensation, ils permettent aux pays riches
d’atteindre leurs objectifs sans rien changer à leurs modèles de développement.


L’Union européenne a joué un rôle important au moment de la signature du protocole de Kyoto, et continue de revendiquer une auréole de leader dans la lutte contre le changement climatique.


Nous appelons donc les États membres à se ressaisir et à écouter ceux pour qui le changement climatique n’est pas une abstraction mais une réalité vécue au quotidien, alors qu’ils n’en sont pas responsables.


Attac France, le 15 décembre 2009



Marie-Christine Vergiat 20/12/2009 14:12


Pour ma part, je n'ai jamais eu d'illusion sur les résultats de Copenhague. La mobilisation doit se poursuivre pour les deux prochains Sommets.
L'union européenne évolue conforméméent aux valeurs de la majorité de ceux qui la gouvernent.
C'est en instituant un rapport de force avec les acteurs de la société civile que les choses peuvent évoluer y compris pour faire modifier les rapports avec les pays du Sud.
Pour ma part, je considère que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre sur ces dossiers complexes et les commentaires que je reçois ici ou là me sont précieux


Le Prolo du Biolo 09/12/2009 06:01


Merci pour votre réponse.
J'ai compris votre vote et votre position.
Sur un texte qui dit tout et son contraire, difficile de voter clairement par Oui ou par non.


Véro 09/12/2009 03:43


Pour les lobbies , je parlais du parlement, si vous vous sentez visée ....

Votre priorité c'est les pays du sud et pourtant vous voté des mesures qui, selon vos propres termes, sont insuffisantes.

Vous votez contre certains amendements, bien. ils sont acceptés et vous votez pour le texte...

Je partage votre analyse sur le sommet que du vent !

Je partage grandement vos regrets, mais surement pas pour les mêmes raisons.


Véro 07/12/2009 05:25


J'apprécie également le respect avec les personnes avec qui on dialogue, ce qui implique l'honnête.

Vous dîtes avoir voté en conformité avec votre groupe, c'est faux. Le groupe de la GUE avait appelé a voté non. (Mélanchon, hoareau, hénin ont voté contre..)
Dans votre groupe 25 ont voté contre ou se sont abstenus, 7 ont voté pour.

Le lien que vous donnez en étant celui de la résolution, n'est que celui de la présentation positive et partisane de cette résolution.
Le vrai lien est celui-ci: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2009-0089+0+DOC+XML+V0//FR&language=FR

Sur le marché carbone, je vous invite à relire les points 47 et suivants de la résolution adoptée et votée par vos soins.

article 47 les solutions fondées sur la marché (du carbone) (...)doivent rester l'objectif à long termes de toute négociation. Ce qui pourrait permettre (...) d'accroître la taille et la
liquidité du marché et en dernier analyse de garantir une attribution plus efficace des ressources.
 article 48 " relève qu'un marché du carbone mondial fonctionnel est indispensable à l'économie de l'Union"

Après le bon et le méchant capitalisme, le bon et le mauvais lobbying. Ce que je condamne pour ma part c'est le système des lobbies dans leur ensemble.
Ceux de la société civile et des ONG tentent de glisser quelques points positifs, mais ne changeront rien au fond du problème, ils ne mettent qu'un petit pansement sur une plaie abyssale.

Concernant RMJ, ce bouquin a été écrit avant son adhésion au NPA et c'est celui d'un expert sur le sujet des institutions de l UE et pas d'un politique.
Je vois que vous rentrez trés vite dans les petites attaques faciles, j'ai gagné alors j'ai raison et toutes les idées du perdant (bboouuhh) sont à rejeter en bloc.
J'espère que vous prendrez le temps d'y jetter un oeil.

j'espère que vous aurez le courage politique de dénoncer,; Nous citoyens, peuples d'Europe nous en avons besoin en urgence.
Nous n'avons que trop de députés lissés, complaisants et tenant le double discours habituel , j'espère que vous n'en devenez pas une de plus!


Marie-Christine Vergiat 08/12/2009 01:32


Je maintiens que je n'apprécie pas le ton de votre dialogue

Vous m'insultez dès le départ en disant sans autre forme de procès que je suis acheté par les lobbies ; les seuls "lobbies" que j'ai vu sur le sujet sont ATTAC et la caravane du climat devant qui
j'ai expliqué mes positions

J'ajoute puisque c'est le seul sujet qui semble vous tenir à coeur dans une résolution qui comporte 69 points que j'ai voté contre les amendements sur les droits à polluer.

Si vous allez jusqu'au bout de l'analyse du vote de la GUE, vous verrez que nous nous sommes coupés en trois sur le vote final ce que je regrette et prouve que nous ne nous sommes pas suffisament
expliqué en amont : 7 pour (avec les Verts et les socialistes) 13 abstentions et 12 contre (avec les députés de l'ECR et de l'EFD). Je vous donne ces points de comparaison pour faire comprendre aux
llecteurs de mon blog que les choses ne sont pas forcèment aussi simples qu'il n'y parait.

Je redis ensuite, ne vous en déplaise, que j'ai suivi la position officielle de mon groupe telle qu'elle m'a été communiquée.

Je maintiens que je considère que cette résolution va dans le bon sens même si je suis loin de tout partager et que jje suis en désaccord avec mes camarades de la Délégation française sur le vote
final. De mon point de vue, l'enjeu pour le Parlement européen est de faire pression sur less autres instances de l'Union européenne pour un accord le plus contraignant possible car le plus
important à mes yeux est la situation des pays du Sud.

J'ajoute que je n'attends rien de ce Sommet car tout se jouera après notamment dans le contrôle des engagements qui seront pris (ce sur quoi je reste septique car je maintiens que Barak OBAMA ne
peut aller très loin dans ses engagements puisqu'il est tenu par le vote de son Congrès et que celui ci ne prendra position qu'en janvier).

Au final, tout dépendra de la mobilisation de la société civile qui doit être maintenu

Pour le lissage et la complaisance qui semble me caractériser à vos yeux, je laisse juge ceux qui lisent habituellement mes positions et qui ne me jugeront pas, je l'espère, sur un seul vote comme
vous semblez le faire encore que je ne suis pas sure que tous partageront vos positions surtout énoncées avec une telle sens de la nuance à mon endroit.

Je ne répondrai plus à vos éventuelles réactions car il me semble que de toute façon la discussion dans un tel contexte est assez vaine.

Avec mes regrets


Véro 05/12/2009 06:44


Le groupe des verts et donc  Europe Ecologie, Cohn Bendit en tête, a également voté pour cette résolution.  José Bové s'est "courageusement" abstenu (il aurait pu voter contre !!!!)

Pourquoi? j 'espère que Mme Vergiat va nous répondre...ca tarde....

je pense que le Parlement Européen est une effroyable machine qui broie tous ceux qui y pénétrent, les pressions des lobbyistes sont si fort que l'interet général est oublié...
les élus n ont aucun courage politique et ne sont qu une façade, un alibi de démocratie. le vrai pouvoir est celui des entreprises et des interets privés

je vous conseille à ce sujet un excellent livre ayant reçu le prix du monde diplo, par un fin connaisseur et analyste de l UE : L'Europe la trahison des élites de Raoul-Marc Jennar.

en attendant la réponse et les justifications de Mme Vergiat, pourquoi????????????


Marie-Christine Vergiat 07/12/2009 01:04


J'ai essayé de faire une réponse assez précise sur un autre commentaire sur le même sujet.

J'apprécie que l'on respece les personnes avec qui on essaye de dialoguer. je vous suggère de regarder le détail des votes pour voir que sur les marchés carbone, le gourpe GUE/NGL a pris une
position négative.

Le travail à Bruxelles est effectivement très compliqué mais ne se soumet aux lobbies que ceux et celles qui le veulent bien notamment ceux que vous évoquez.

Pour ma part, il n'en est rien. les seules "lobbies" qui m'intéressent sont ceux des représentants de la société civile

je n'ai effectivement pas la même conception de l'Europe que monsieur Jennar, tête de liste du NPA dans la circonscription où j'ai été élue. Je connais donc bien ses positions.

Je regrette profondememnt votre anlyse des élus du Parlement et surtout que vous mettiez tout le monde dans le même sac. Je crois qu'il suffit de lire mon blog pour savoir comment je me situe