Avortement, retraites : un gouvernement en guerre contre les droits

Publié le par Marie-Christine Vergiat

 
Avortement, retraites : un gouvernement en guerre contre les droits
En ce jour de manifestations je m'associe pleinement à ce communiqué de la Ligue des droits de l'Homme.
 
Le 6 novembre est un symbole. Contrairement à ce que proclame le gouvernement, ce n'est pas le hasard du calendrier ou les dérives politiciennes qui l'ont fait. C'est la politique de mise en cause des droits sociaux qui en est en cause.

 

Retraites : si une réforme est nécessaire, ce ne peut être celle qui vient d'être adoptée. Elle ne changera en effet rien aux inégalités existantes, par exemple entre femmes et hommes, et à celles qui sont issues des places différentes sur le marché du travail. Elle condamne les salariés précaires à une fin de vie dans la pauvreté et ne tient aucunement compte des travaux les plus durs, effectués par les travailleurs les plus fragiles. Dire aujourd’hui que la baisse du montant des retraites est inévitable, c’est passer sous silence l’effrayante inégalité des revenus et des patrimoines. Et c’est surtout refuser de répartir différemment des richesses toujours aussi concentrées dans les mains d’une minorité de plus en plus étroite qui est l’objet de toutes les attentions des gouvernants actuels.

 

Avortement : c'est une liberté fondamentale pour les femmes. La liberté de disposer de son corps permet de faire ses propres choix de vie ; c’est un pas vers l’autonomie, c’est permettre aux femmes d’exister autrement qu’en tant que mères. Or, si de 1975 (loi Veil) à 2001 (loi Aubry) le droit à disposer de son corps n’a fait que progresser grâce aux luttes menées par les femmes, on doit constater que neuf ans plus tard rien n’est acquis ! La loi de 2001 n’a jamais été appliquée dans son intégralité, aujourd'hui la loi HPST s'attaque de fait à l’hôpital public et la loi de financement de la santé a mené à la fermeture de centres pratiquant les IVG.

Etre dans la rue pour manifester n'est pas « folklorique », contrairement aux déclarations des porte flingues attitrés du président Sarkozy. C'est l'exercice de la démocratie. Nous nous souvenons que des manifestations fortes et nombreuses ont montré l'opposition à la politique de santé du gouvernement. Nous savons que l'opposition contre la réforme des retraites reste forte, qu’une écrasante majorité de nos concitoyens refuse cette « contre-réforme » injuste et soutient le mouvement social qui s’y oppose.

Le gouvernement dit qu' « après le vote des parlementaires, tout est dit » et que « ce n'est pas la rue qui fait la démocratie ». « On ne peut pas changer la loi » disent-ils. Foutaise !  C'est une bêtise bien plus grave que les dérapages linguaux de Dati ou Hortefeux et Sarkozy n'est qu'un homme de petites histoires qui ignore la grande : 1936, 1944, 1958, 1968, 1995, 2006... Et ce sont les mêmes qui s'érigent en défenseur de la loi et du travail des parlementaires, qui transforment ces derniers en « godillots » manipulés par un pouvoir quasi régalien. Après avoir réduit à rien la négociation sociale, le gouvernement a montré son mépris du débat parlementaire en manipulant ordre du jour et effets de procédure, tel le vote de l'urgence. Et nous ne devons pas oublier que ce que la loi proclame, une autre loi peut le défaire. N'est-ce pas le même gouvernement qui,  après chaque événement dramatique, avant même que la loi précédente ait trouvé de l'effet, en fait adopter une autre ? En deux ans, le code pénal a été modifié près de 80 fois !

 

Débat, manifestations, loi : où l'on voit que la démocratie est faite de droits civils et politiques et de droits économiques et sociaux. La LDH se reconnaît pleinement dans cette indivisibilité. Elle considère les droits sociaux comme des droits de l’Homme à part entière, soutient pleinement les manifestations du 6 novembre et y participe. Elle est avec les salariés et aux côtés de leurs organisations syndicales pour défendre un système de retraite solidaire et le système par répartition, seul à garantir les droits pour tous. Elle est partie prenante du mouvement des femmes et de ses organisations et agit pour le maintien du droit effectif à l'avortement et du droit  aux soins de santé dont l'égalité d'accès n'est possible que dans le cadre du service public.

Commenter cet article