Liberté de la presse en Italie: l'indispensable séparation des pouvoirs

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Hier, lors de l'ouverture de la session plénière à Bruxelles, le Parlement européen a voté sur la demande du PPE (groupe où siègent les députés de l'UMP)- les députés français de ce groupe y compris- de reporter le débat prévu sur la liberté d'information en Italie. Ce débat a été maintenu malgré cette opposition des conservateurs européens.

Ci-dessous, les commentaires de Lothar Bisky et Patrick Le Hyaric.

De Lothar Bisky, Président du groupe GUE/NGL et Patrick Le Hyaric, Député du GUE/NGL et directeur du quotidien L'Humanité
 
Liberté de la presse en Italie: l'indispensable séparation des pouvoirs
 
"Grâce à son empire médiatique et son pouvoir politique, Berlusconi monopolise les informations et empêche toute critique ouverte", a déclaré Lothar Bisky, Président du groupe GUE/NGL au Parlement européen. A présent, poursuit-il, "Berlusconi essaie de porter plainte contre les médias en Italie et à l'étranger qui "osent" le critiquer, lui ou son gouvernement, s'opposant ainsi à l'un des principes fondamentaux de la démocratie : la liberté de la presse".
 
"La grande concentration du pouvoir médiatique en Italie est simplement inacceptable et ceci pose un problème démocratique majeur pour l'ensemble de l'Europe; la Commission européenne a le devoir d'intervenir", affirme le député français du GUE/NGL Patrick Le Hyaric, par ailleurs directeur du quotidien français L'Humanité.
 
"Nos démocraties se sont développées sur le principe de la séparation des pouvoirs", ajoute M.Le Hyaric, "M. Berlusconi, au contraire, organise la concentration de ceux-ci. Les plaintes judiciaires qu'il a déposées contre La Repubblica L'Unità, et l'Avvenire en Italie, El Pais en Espagne et Le Nouvel Observateur en France constituent une grave intimidation politique et judiciaire et un obstacle dans l'exercice de la liberté de la presse et de l'information".

GUE/NGL Presse

Commenter cet article