Communiqué de presse "Immigration et droits de l'Homme :assez de beaux discours, des actes !"

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Immigration et droits de l'Homme :

assez de beaux discours, des actes !

 


Nous avons coup sur coup :

- appris la décision du Conseil des ministres européens de l'immigration de lancer un programme européen de réinstallation pour les réfugiés,

- entendu la Présidence suédoise sur la préparation du Programme de Stockholm et

- auditionné le directeur de l'Agence européenne des droits fondamentaux et

- pris connaissance d'un rapport sur les activités d'EURODAC[1].


La majorité de la commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures a accepté  une augmentation substantielle des moyens de FRONTEX
[2] dans le cadre du vote du budget de l'UE.

 

Beaucoup de choses contradictoires y ont été dites ou écrites. Mais l'analyse des différentes informations qui nous ont été données vont toutes dans le même sens : les mesures répressives ne cessent de se renforcer et les droits fondamentaux de se dégrader renforçant sans cesse la vulnérabilité d'une part croissante de la population.

Et que dit en France le ministre de l'immigration et de l'identité nationale : "le temps n'est plus aux déclarations d'intention, il faut passer à l'action."

On a envie de lui dire chiche, mais pitié, monsieur le ministre, pas comme à Calais. Où sous couvert de faire respecter l'Etat de droit, vous avez monté une opération de communication, saboté le travail des associations auprès de populations totalement fragilisées parmi lesquelles de nombreux mineurs. La justice vous a donné tort et a, elle, rétabli l'Etat de droit en faisant libérer la quasi-totalité des personnes arrêtées. Qu'elle en soit remerciée.

 

Car oui, il est temps de rétablir l'Etat de droit, de cesser de donner des leçons en matière de droits de l'Homme aux pays du sud alors qu'on est incapable de les faire respecter sur le territoire de l'Union.

 

Il est temps de cesser la fuite en avant qui pousse sans cesse à renforcer les outils de répression, de mettre à plat l'ensemble des politiques en ce domaine et d'en faire une réelle évaluation.

 

Si au sein de l'Union européenne, la Commission comme les Etats membres veulent retrouver leur crédibilité en la matière, il est temps qu'ils mettent leurs actes au diapason de leurs déclarations en faveur des droits de l'Homme.


Marie-Christine Vergiat
Députée européenne "Front de Gauche"
au sein de la GUE/NGL
 Membre de la Commission Libertés civiles, Justice, Affaires intérieures

[1] Système pour la comparaison des empreintes digitales aux fins de l’application efficace de la convention de Dublin qui détermine les compétences en matière d'asile entre les Etats membres de l'Union

[2] Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures

Commenter cet article