Immigration: Les politiques répressives nous rendent responsables d'un choix de vie ou de mort

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Immigration: Les politiques répressives nous rendent responsables d'un choix de vie ou de mort

Strasbourg, 15/09/09

Lors du débat sur l'immigration en séance plénière au Parlement européen ce matin, le député espagnol du GUE/NGL, Willy Meyer a déclaré que le début de cette législature est un bon moment pour revoir la politique migratoire européenne, basée sur l'hypocrisie et le cynisme. Le projet européen est impossible sans l'aide des migrants or, déclare le député Meyer, "on pénalise ces migrants par maintes lois, en les traitant de criminels."

"Nous devons annuler des abominations telles que la directive retour ou directive de la honte, continue-t-il, qui criminalise les travailleurs mêmes dont nous avons besoin pour combattre les crises alimentaires et financières". Selon le député espagnol, le prochain sommet latino-américain serait "la plate-forme idéale pour remettre en question la directive retour et mettre fin à cette politique inhumaine".

S'exprimant au cours du même débat, le député portugais du GUE/NGL, Rui Tavares, coordinateur pour le groupe de la commission LIBE, insiste sur le respect de la Convention de Genève et du droit d'Asile. Renvoyer les réfugiés vers des pays comme la Lybie qui n'ont pas signé cette convention est une violation du droit international. 75% des migrants qui arrivent sur nos rivages demandent l'asile et 50% de ceux-ci ont droit à une protection humanitaire, "comment pouvons-nous les refouler?" interroge le député. "Nos choix politiques sont des choix éthiques, et ces politiques d'immigration répressives nous rendent responsables d'un choix de vie ou de mort", déclare le député portugais.

"Est-ce acceptable que 14 000 personnes soient décédées depuis 1988 alors qu'elles tentaient d'atteindre nos rives? La réponse est un Non catégorique. Nous devons revoir le mandat de l'agence Frontex et refuser de la financer jusqu'à ce qu'elle accorde une place aux besoins humanitaires dans ses missions", conclut Rui Tavares.
 
 
GUE/NGL Press
Gianfranco Battistini +32 475 64 66 28
Nathalie Mazraani +33 3 88172941

Commenter cet article