Le Front de Gauche dans l'Isère

Publié le par Marie-Christine Vergiat

Une très belle journée de lutte en Isère, un grand meeting à Grenoble.
Par la rédaction du Dauphine Libéré, article paru dans l'édition 38H du 14/05/2009:

Le Front de Gauche veut une autre Europe


La tête de liste du Front de Gauche Sud-Est, Marie-Christine Vergiat était dans l'Isère mardi. Après avoir rencontré les salariés de l'entreprise Lafarge à Vienne, ceux de Caterpillar et HP, les syndicalistes de l'Hôpital Michallon, les enseignants-chercheurs et les étudiants de Grenoble, elle a tenu un meeting à Alpes Congrès, auquel 670 personnes ont assisté, selon les organisateurs.

Qu'avez-vous retenu de vos différentes rencontres en Isère ?

« J'ai vu beaucoup de détresse à l'hôpital Nord et des gens qui sont accrochés au service public et qui ne comprennent pas ce qui se passe. Ils se demandent ce qu'il va advenir de notre système de santé ? On a l'impression que les services sont mis en concurrence entre eux. Les enseignants-chercheurs sont, eux aussi, désespérés, et en même temps j'ai été frappée par leur volonté de se battre. Pour les salariés en lutte, ils disent tous la même chose. Ils pensent que si on prenait en compte l'intérêt de l'entreprise et non celui des multinationales, leurs entreprises seraient viables ».

 

Photo par Photo DL | le 12/05/09 à 02h05

« Le Front de Gauche est une voix qui commence à se faire entendre »

Justement en quoi l'Europe peut-elle aujourd'hui influer sur la situation de crise dans laquelle se trouvent les entreprises françaises ?

« 80 % des textes de loi français sont issus de directives européennes. L'Europe, c'est une force, une puissance économique et culturelle qui devrait servir à autre chose qu'être l'alliée des États-Unis ».

Quel est votre sentiment à ce stade de la campagne ?

« Le Front de Gauche est une petite voix qui commence à se faire entendre. Nous sommes une force en construction. On sent les choses qui montent et les sondages aussi. Nous représentons une vraie alternative au niveau européen ».

Quelle est l'image de l'Europe que vous défendez ?

« Celle d'une Europe qui soit construite au service des gens qui y vivent, dans toutes leurs diversités et leurs richesses, et non pas une Europe de la concurrence. Nous sommes vraiment partisans d'une autre Europe qui respecte les autres, qui soit solidaire et où il y ait une vraie justice sociale. Nous voulons redonner espoir à la gauche en tendant la main à tous ceux qui refusent cette Europe libérale ».

Publié dans Européennes 2009

Commenter cet article